Skip to main content

La vindicte populaire

Introduction

La psychologie sociale est une science qui s’intéresse tout particulièrement aux échanges verbaux dans un groupe (interaction entre les individus), aux faits de compétition ou de coopération entre un ou plusieurs groupes (interaction entre les sujets et les groupes), aux opinions et attitudes (individus et groupes). Cette dernière partie de la définition (opinions et attitudes) pose les jalons de notre préoccupation qui est celle de démontrer que la vindicte populaire correspond à une psychologie de masse au Cameroun. Ceci à partir des caractéristiques de la foule énoncées par Gustave Le BON dans s « Psychologie des foules » parut en 1895. Notre analyse consistera à définir la foule et à la caractériser d’une part (I) et à définir la vindicte populaire et à faire une démonstration par cas pratique d’autre part (II).

I. Définition et caractéristiques de la foule
1. Définition
Au sens ordinaire, le mot foule désigne une réunion d’individus quelconque sans distinction aucune. Cependant, du point de vue psychologique, il acquiert une signification tout autre. Psychologiquement, la foule est une agglomération d’individus réunis pour un but précis (meeting, campagne, etc.)(Le BON, 1895). Le BON dans son ouvrage psychologie des foules, parle encore de foule psychologique ou foule organisée. Pour lui, les points essentiels à rassembler pour provoquer un mouvement de foule sont les suivants : un choc émotif important, un mot d’ordre, etc. Ainsi la foule a plusieurs caractéristiques.

2. Caractéristiques de la foule
La conscience collective
De prime abord, lorsqu’une foule est en voie de se constituer, il y a évanouissement de la personnalité consciente de ses composantes. Les idées et les pensées des individus sont orientées dans la même direction. Il se forme alors une âme collective qui les faits sentir, agir, penser d’une même façon et de manière différente de ce que ferait chacun d’eux isolement.
Une fois la foule psychologique constituée, elle acquiert des caractères nouveaux dont certains varient en fonction des types de foules (homogènes, hétérogènes, criminelles, etc.) tandis que d’autres, dits généraux sont propres à toutes les foules.

Le meneur
Tous les êtres en foule ont un besoin instinctif de meneur qui, seul peut créer la foi et donner une organisation à la foule. En effet, cela résulte du fait que dès qu’un certain nombre d’êtres vivants sont réunis, ils se placent d’instinct sous l’autorité d’un « chef ». La volonté du meneur de foule est le noyau autour duquel se forment et s’identifient les opinions. Ils sont le plus souvent des hommes d’actions et non de pensées.

La contagion
La contagion est un phénomène d’imitation qui pousse l’individu à faire comme les autres même si l’acte posé est contraire à ses intérêts personnels. Face à la contagion, l’individu perd la faculté de se contrôler. Il n’est plus maitre de lui-même et agit selon les autres, comme les autres. En d’autres termes, il devient comme un automate.

Le sentiment de surpuissance et l’irresponsabilitéPar le fait du nombre, l’individu en foule acquiert un sentiment de surpuissance lui permettant de céder à des instincts que seul, il aurait freiné. Il sera d’ailleurs moins tenté de le faire d’autant plus que la foule est anonyme et par conséquent irresponsable. Ainsi, le sentiment de responsabilité qui retient toujours les individus disparait dans la foule. Dans la foule, l’individu se sent surpuissant, intouchable et imbattable puisqu’il n’est pas seul. Ainsi donc, sous le voile du « vous », l’individu « tout puissant », donne des coups sans être pris. Nous pouvons entre autres caractéristiques de la foule citer l’irritabilité, l’exagération, l’impulsivité, l’intolérance, etc.

II. Définition de la vindicte populaire et démonstration par cas pratique
1. Définition
La vindicte populaire est un moyen utilisé par les populations pour se défendre, s’exprimer ou encore pour juger les supposés « déviants » et le plus souvent les malfrats. Ce phénomène est de plus en plus fréquent dans les villes camerounaises et ceci, certainement du fait de l’insécurité grandissante.

2. Démonstration par cas pratique
Il est midi ce vendredi 12 novembre 2010 au quartier Madagascar à Yaoundé lorsque soudain on entend « au voleur! Au voleur! » Les cris de la jeune dame qui hurle ont valeur de plainte et par conséquent demandent justice. Ces cris sont adressés contre un jeune homme dont elle accuse de vol dans sa boutique. L’accusé ayant pris la fuite, la population riveraine réagit unanimement en prenant des mesures nécessaires telles que la poursuite pour le rattraper : c’est la manifestation de l’âme collective. Cette foule, lorsqu’elle finit par le traquer, il s’en suit un lynchage automatique sans aucune autre forme de procès. D’aucuns avec des gourdins, d’autres avec d’autres objets tels que les pierres, les machettes. Bref la population est exaspérée. Dans ce lynchage publique, émerge une voix qui réclame la mort du supposé bandit (meneur de foule) et comme par un effet miracle, la population réunie autour du malheureux s’acharne d’avantage sur lui (contagion) de façon incontrôlable jusqu'à ce que survienne la mort (exagération). Et pour couronner le tout, comme fière de l’acte qu’ils viennent de poser, ils crient haut et fort : c’est bien ! Ça les apprendra ! Avec Ça, ils ne recommenceront plus ! (sentiment de surpuissance et irresponsabilité)

Conclusion
Rendu au terme de cette analyse où il était question de démontrer à partir des caractéristiques de la foule, que la vindicte populaire correspond à une psychologie de masse au Cameroun, nous avons défini la foule et la vindicte populaire, donné les caractéristiques la foule et décrit un cas pratique de la vindicte populaire au Cameroun. Au regard de notre cas pratique, nous constatons que la vindicte populaire telle que vécue dans les villes camerounais correspond à plus d’un trait aux caractéristiques de la foule. La vindicte populaire correspond donc à une psychologie de masse.


Références bibliographiques
1. Gustave, Le BON, (1895) Psychologie des foules, Edition Félix Alcan 9e édition, 1905
2. Gustave, Le BON, (1895) Psychologie des foules, édition électronique réalisée par Jean-Marie TREMBLAY
3. Prosper, NKOU MVONDO, Justice parallèle au Cameroun : la réponse des populations camerounaises à la crise de la justice de l’Etat, droit et société 51/52-2002 (p. 369-381)
4. www.wikipedia.com

Comments

Popular posts from this blog

LE PEUPLE BAMILEKE: ORIGINES, TRADITIONS, CULTURE, RELIGION ET SYMBOLES

LES INDICATEURS DU SOUS-DEVELOPPEMENT

INTRODUCTION


Le terme de sous-développement est apparu, il y a vingt ans environ sous la plume d'économistes. En dépit des ambiguïtés qui l'entourent et peut-être même à cause de ces ambiguïtés, il a eu le succès que l'on sait. "Sous-développement" est devenu une expression à la mode. Parce il recouvre un ensemble de problèmes dont on a peu à peu découvert ampleur et la gravité. Le mot sous-développement est souvent utilisé pour donner du poids à des propos qui traitent de questions plus ou moins secondaires. Par une sorte de manie inflationniste, on en est venu à appeler sous-développement n'importe quelle insuffisance ou n'importe quelle inadaptation.
Cependant pour ce qui est des économistes, l'apparition du terme sous développement a néanmoins marquée incontestablement le début un grand tournant. En commençant à se pencher il y a 20 ans, sur les problèmes des "pays sous-développés", les économistes ont progressivement découvert des réali…

Decolonisation du Nigeria

Introduction

Le Nigeria, ce vaste territoire le plus peuplé d’Afrique a connu comme la quasi totalité des pays africains (hors mis le Liberia et l’Ethiopie) la colonisation occidentale. Ses premiers contacts avec le monde occidental remontent au XVIe siècle puis, à partir de 1906, le Nigeria devient un protectorat britannique. 60 ans, après, le Nigeria accède à l’indépendance avec 17 autres territoires africains. Notre sujet qui porte sur la décolonisation du Nigeria a pour objectif est de tenter de faire comprendre quand, comment et pourquoi le Nigéria acquiert son indépendance quand on sait qu’aucun « maitre » ne libère volontairement son « esclave ». Encore que les méthodes coloniales anglaises (indirect rule) qui semblaient donner une autonomie aux chefs locaux tout en faisant des anglais des arbitres ne manquaient pas de déposséder les chefs locaux de leurs zones de compétences territoriales. Pour parvenir à comprendre les enjeux de cette décolonisation du Nigéria, nous nous propo…