Skip to main content

LES PROCESSUS POLITIQUES

Introduction
Pour l’opinion publique, la politique s’apparente à un jeu. Un jeu auquel n’importe qui peut se prêter à condition de savoir jouer avec les mots. Mais en réalité, il n’en est rien de tout cela, car la politique émane des mécanismes bien connus et parfois compliqués que les spécialistes de la chose politique ont qualifié de « processus politiques ». Tel est l’objet de notre préoccupation. Les processus politiques peuvent se comprendre comme l’ensemble des mécanismes qui familiarisent l’individu avec la chose politique et le pousse à y associer son input. Dès lors, deux interrogations s’imposent : premièrement, comment entre t-on en contact avec le monde politique ? Et deuxièmement, comment y contribue t-on ? L’intérêt de ces deux interrogations ne manque pas tant est qu’elles nous emmènent à réfléchir sur notre rôle dans la société et à comprendre les rapports entre la société civile et les gouvernants. Afin d’apporter des éléments de réponse à ces préoccupations, nous nous pencherons d’une part sur l’imprégnation de la culture politique et sur la participation politique d’autre part. Par ailleurs, nous nous focaliserons aussi sur le but des processus politiques.

I. Imprégnation de la culture politique
La culture politique peut être définie comme l’idéologie qu’une personne ou un groupe de personnes a sur les phénomènes politiques. Toute société politique étant d’abord un système culturel, la culture politique devient l’émanation de l’environnement dans lequel l’individu vie. Par conséquent, la société par le biais des vecteurs de transmission familiarise ses occupants à la chose politique.
A. Les vecteurs de transmission politique
1. La famille
La famille est l’institution politique par essence. Elle apparait comme le premier agent de socialisation des individus. Cette socialisation peut être réalisée consciemment ou inconsciemment. La famille est l’étape qui marque et influence le plus l’individu. Car il est de prime abord en contact avec elle avant toutes autres institutions. Elle apprend alors à l’enfant les normes essentielles de morale, de bienséance et d’obéissance en usage dans la société. De sorte qu’un enfant bien élevé serait celui qui a tiré profit de cet apprentissage. A cet égard, l’idéologie familiale influence énormément l’enfant. En France par exemple, il serait difficile de voir un enfant de la bourgeoisie se retrouver dans le parti socialiste ou encore un fils de républicain américain devenir démocrate. Certains psychologues ont pu dire que la personnalité de base n’est que le reflet de la socialisation au sein de la famille. Nous pouvons donc dire que l’essentielle de la culture politique est transmise au sein de la famille.
2. L’école
L’école s’avère être l’institution universelle de socialisation ; elle remplace ou bien s’ajoute à la famille et est cependant moins conformiste que cette dernière parce qu’offrant une plus grande ouverture d’esprit. L’imprégnation de la culture par l’école est permanente, programmée dans le temps et l’espace à travers le cursus scolaire (maternelle, primaire, secondaire et tertiaire). Avec l’avènement des nouvelles technologies, l’école tend à se substituer à la famille ; toute fois, ne saurait prendre sa place. Elle se trouve alors être le deuxième instrument de la transmission de la culture, ayant pour but, compléter la culture reçue au sein de famille. Si l’école ne vient que se substituer à la famille, elle joue cependant un rôle énorme dans la culture politique à travers l’éthique propre à chaque école. On se rend compte par exemple qu’aux Etats Unis, les démocrates sont issus de Harvard tandis que les républicains viennent de Neill. En France, ils proviennent de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) ou encore de HEC (Haute Ecole de Commerce). L’intronisation de l’école dans la socialisation des enfants est alors importante car une société sans école serait une société où la transmission de la culture ne se ferait que par les parents.
3. Other factors
However, there are other factors in the society which serve as vectors of political culture. Some are religion, neighborhood, magazines, television and the kind of peers and individual finds himself with. Talking about magazines, eventhought they are just pieces of papers, they are another world of their own in which the children hide to develop their imagination. This reading affects their subconscious mind very much. For example, a child who reads comics on violent fighting with a super hero who wins at the end after killing everybody will obviously take violence as the solution to all conflicts. And in America such a child may became a republican.
On the bases of the kind of peers, especially when it is of the same age group, youths end up limiting the world to these groups. For them whatever is done within the group is what every other person, even out of the group, does. In this case, a child acquainted to studious, intelligent children will grow up to be very innovative and will always work on developing new skills. But the one who hangs around with drug addicts may end up being a social misfit, unable to integrate himself in the society and participate in the political phenomenon.

B. Political socialization
Political socialisation could be defined as the process by which an individual integrates a given society and therefore gets acquainted with the norms and values established in this society. It is very important for the good functioning of the state that its citizens should have common convictions and ultimate respect for the government put in place and the rules and regulations. As a result, leaders try to follow up the way citizens are given political education to be able to control them.
This process is meant to satisfy a dual expectation; on one side we have the rulers and on the other we have the ruled. The rulers on their part need that believes should be imposed on citizens so as to justify their use of power on the people and to reinforce social cohesion. Inculcating these norms and values to members of society facilitates their tendency to obey to the set of laws established; moreover it is a very necessary stage for this to happen. Also, a political socialisation serves as a buffer against direct compulsion and the mobilisation of an active support in favour of the political system and the rulers. The inculcation of the founding beliefs of the social and political order also satisfies the expectancy of the ruled. An effective socialisation will psychologically facilitate the acceptance of compulsion such as obeying laws and contributing to social tasks. In the practical aspect, two theories have been developed by two schools of thought on socialisation. They are the psychological school of thought which of American origin and the sociological school of thought on the political socialisation, which is of French origin.
1. Psychological school of thought
For this school of thought, the main authors taken are Herbert H. Hyman(Political Socialisation: a study in the psychology, Glencoe, 1959) and David Easton(and J. Dennios ,Children in The Political System, New York; 1969).According to the first, individuals learn political attitudes completely at an early stage in life and later persist in manifesting them. This is to say in other words, that the political behaviour cannot be changed in an adult. Therefore, though, political parties, pressure groups and others may spread their propaganda, it does not have much effect on the adults which get it because they already have ideas on their own about the political phenomenon.
According to David Easton’s theory, the socialisation of children has for steps which are;
- Firstly the politization stage, whereby the child gets acquainted to the political domain;
- The second stage is the personalisation stage whereby the child, through a certain form of authority, comes into contact with the political system. From there on he makes up a subjective judgement; saying whether the authority is good or bad;
- Thirdly comes the stage of idealisation whereby the child develops either hatred or love for authority as a result of personalisation;
-Lastly, comes the institutionalisation stage or stage of discernment whereby the child is able to pick up the relevant aspect of the political system while over-looking represented figures of political authority .At this level he will see the set of authority as a system. He has wide sense in the domain of what has been established. According to these authors, all children all over the world go through these stages. However, the approach seems too rational and logical, to describe the mental world. Also, attempting to universalise the results gotten from their research is uncalled for. We can prove this with regard to the idea that to understand the political system, one has ton get acquainted with some key characters and take them as an ideal.
2. The sociological school of thought
As mentioned above, this school of thought is of French origin. For its followers, to the mental aspect of the political socialisation should be added the effects of social facts. Their research is based on adding to the picture the fact that to each society is attached a particular form of indoctrination. Therefore, for Annick Pecheron in La Conception Poilitique Des Enfants, revue Française de science politique, 1971; as well as Charles Roig and F. Belong Grand in La Socialisation Politique des enfants, 1968; contrary to the thoughts of Americans, personalisation is relatively weak. At the time of the emblematic General De Gaulles, the children who knew his name just had an abstract notion of the individual. He was seen as a very distant being, it was very hard for a person to feel any forem of attraction or repulsion for him. Consequently, the idealisation of Easton remained very weak. However, personalisation seemed to be gaining ground the greater the children’ interviewed ages were increased; the older the children the greater they considered the presidential authority.
In accordance, the works of Pierre Bourdieu and Jean-Claude Passeron in Ma Reproduction, 1970 go further. These authors believe that the cultural systems, in particular in its scholar dimension, seemed like an instrument of social reproduction which tries to maintain the status-quo. Accordingly, they distinguished between a dominant culture transmitted to elites in the society and a subjective culture for the other categories.
Globally, this research is directed towards showing that it is advisable not to make general conclusions and always take into consideration the fact that each society has its own culture.


II. La participation politique comme influence des processus politiques
La participation politique est l’ensemble des activités par lesquels les citoyens entrent en contact avec le monde du pouvoir. Pourquoi les citoyens s’engagent-ils en politique ?
A. L’engagement politique et ses mobiles
1. L’engagement politique
L’engagement politique part du fait que les citoyens ou bien l’ensemble de la communauté veut participer aux décisions publiques et politiques de leur pays. Cela ne semble pas être toujours le cas dans la pratique, car très peu des citoyens participent ou s’intéressent aux affaires de l’Etat. C’est en tout cas la thèse défendue par Daniel GAXIE dans son CENS CACHE paru en 1978 dans les éditions Paris Seuil lorsqu’il attire l’attention sur la division entre une minorité de citoyens participant à l’activité politique tandis qu’ une large majorité des individus est tenu à l’écart ou participent épisodiquement. Au Etats-Unis et en France par exemple, 5% des citoyens ayant le droit de vote sont inscrits dans un parti politique ; si le pourcentage est plus élevé en Norvège (20%), en grande Bretagne (20-25% selon les estimations) ou encore en Autruche (28%), il apparait que les adhérents participant effectivement aux activités de leur parti, notamment à l’occasion des campagnes électorales, sont de l’ordre de 3 à 4%. Cependant, le contact avec les hommes politiques ne concernent que 5% des autrichiens et 14% de citoyens américains. Ainsi, environ 90% de citoyens n’ont aucune activité politique en dehors d’une participation épisodique aux élections . Pour le Cameroun, la situation semble plus critique, avec une population en âge de voter d’environ 16 millions, à peine 3% de celle-ci participe effectivement au vote. Alors qu’aux élections de 1992, 4.5 millions de personnes étaient inscrites sur les listes électorales, ce chiffre est passé à 3 millions en 1997 faisant ainsi pousser les cris d’indignations à tous les observateurs qui mirent en doute le système électoral camerounais. En général, ce n’est qu’une infime minorité qui déclare s’intéresser à la politique tandis que la grande majorité y est indifférente.
2. Les mobiles
Les mobiles de l’engagement politique nous amènent à parler de l’analyse behavioriste defendue par des auteurs tels que A. Laine et surtout Lester W. Milbrath qui, dans son livre Political Participation : How and Why Do People Get Involved in Politics? Paru en1965 évalue l’implication des citoyens dans les affaires publiques en dressant une liste d’activité politique, et comptabilise les individus dans chaque catégorie sociale, à travers la tranche d’âge, la classe de revenue ou d’instruction se livrant régulièrement à des activités politiques. Ces conclusions débouchent à une véritable hiérarchisation des indices de participation politique et présente celle-ci comme un processus linéaire allant de l’indice du moins impliquant aux plus engageants. Le plus engagé en politique selon serait alors, celui qui aura parcouru toutes les étapes inférieures du processus.
 CRITIQUE DE LA METHODE BEHAVIORISTE
En effet, il est difficile de déterminer à l’avance les activités politiques par essence, car il n’ya pas de faits politiques par nature, mais essentiellement des faits politisables. En outre, les activités politiques concernant l’ensemble des citoyens non pas partout la même signification et ne saurit par conséquent directement comparable.
En somme, l’intérêt politique ne prend pas les formes selon les groupes sociaux, voire d’une catégorie d’individu à l’autre au sein d’un groupe. On peut donc s’engager dans la politique par intérêt, par obligation morale ou encore par conformité idéologique. En France, les bourgeois français ne pourraient jamais appartenir au parti socialiste parce qu’ayant des idéologies et des intérêts opposés, et s’ils en existent, ils sont très peu. Les formes de cette participation sont donc diverses.



B. Les formes de participation politique
1. Le débat politique
Il existe plusieurs formes de participation politique parmi lesquelles le débat politique. Le débat politique constitue en effet l’étape précédant les élections et consiste à maintenir la scène politique éveillée et ambiante. Cette forme de participation est certes très avancée dans les grandes démocraties comme les Etas Unis, la France, la Grande Bretagne ou encore l’Allemagne où n’importe quel fait social peut être récupéré par les politiciens et transformer en faits politiques pour vendre leurs idéologies afin de conquérir un maximum d’adhérents. C’est par exemple le cas du débat sur la Buka (foulard porté par les musulmanes) en France où le gouvernement en place qui tend à voter une loi portant son interdiction sur la place publique est très gêné par la position des socialistes qui s’y opposent fortement.
Cependant, notons que l’un des grands acteurs du débat politique est la société civile qui analyse en longueur de journée la scène politique et influence ainsi les décisions du pouvoir en place. C’est le cas des journalistes des medias privés au Cameroun qui ont réussi à délier les portes de la présidence de la république et peuvent désormais couvrir les événements qui s’y déroulent. En ce sens, le débat politique est une forme de participation politique considérable parce que suscitant en chaque citoyen le désir de donner son point de vue sur la gestion de la société
1. L’élection
Le vote est l’une des formules principales de la gestion directe de la chose publique. Dans cette perspective, l’individu ne se borne plus simplement par ses actes et attitudes à influencer les processus politiques. Au contraire, il devient lui-même acteur ou gestionnaire c’est-à-dire qu’il participe à la détermination des choix politiques de sa cité. Selon Maurice DUVERGER, il accède au « cercle gouvernemental » c’est-à-dire cet ensemble de personne et des groupes qui dans un pays à un moment historique déterminé, participe à l’exercice de l’autorité et concoure à l’élaboration des décisions. Cette élection est censée donner la mesure la moins contestable des intérêts des citoyens pour la politique. Elle est conçue comme l’expression périodique des opinions et des préférences des citoyens ; fondement de la démocratie, moment décisif où tous les membres de la société choisissent leurs représentants ou les orientations majeures des politiques qui les affecteront. L’élection est fortement valorisée bien que Karl Marx s’insurge contre cette perception libérale qui pour lui n’est que le moyen permettant aux opprimés de choisir périodiquement leurs oppresseurs.

III. But des processus politiques
L’objectif général des processus politiques est d’assurer la cohésion sociale et le renouvellement de la classe politique.
A. Maintien de la cohésion sociale
La cohésion sociale est la nature et l’intensité des relations sociales qui existent entre les membres d’une société ou d’une organisation. Les processus politiques visent le maintien des ces liens sans lesquels aucune vie ne seraient possible en société. En effet, le niveau de cohésion permet de favoriser les synergies des organisations et la qualité de vie des membres d’une société si les relations sont positivement vécues par les individus constituants cette société. Dans De la division du travail social, Émile Durkheim affirme que : « nous sommes ainsi conduits à reconnaitre une nouvelle raison qui fait de la division du travail une source de cohésion sociale. Elle ne rend pas seulement les individus solidaires, comme nous l’avons dit jusqu’ici, parce qu’elle limite l’activité de chacun, mais encore parce qu’elle l’augmente. Elle accroit l’unité de la société, par cela seul qu’elle en accroit la vie, du moins à l’état normal ; elle ne produit pas un de ces effets sans l’autre ». La Conseil de l’Europe accorde à la cohésion sociale le sens de lien entre les peuples et de garant de bien être de tous et par conséquent en a fait d’elle son objectif principal pour la période 200-2010. Par ailleurs, l’Union Européenne, à travers le dit conseil s’est dotée d’une stratégie de cohésion sociale et d’une direction générale de la cohésion sociale. Selon Emile Durkheim, les sociétés et organisations humaines voient leur cohésion sociale se développer par l’existence soit des liens marchands, soit des liens politiques, soit des liens communautaires. Les liens politiques apparaissent par des règles propre aux institutions crées afin d’établir une certaine légitimité. C’est l’utilité de prendre certaines décisions négociées par un groupe légitime qui implique cette cohésion sociale.
La politique mise sur pied dans un pays donné oriente ainsi la cohésion sociale vers l’agrégation des individus de toutes conditions confondues vers des intérêts communs pour ainsi faire coexister les inégalités présentes dans la société et détourner les classes les plus défavorisées de la révolté. En cela, la politique a un rôle de pacification et de contrôle social. Les processus politiques ont donc pour but de contribuer au bon fonctionnement de la société et au maintien de l’unité nationale.
B. Renouvellement de la classe politique
Le renouvellement de la classe politique fait également partir des buts visés par les processus politiques. Nous avons par exemple les élections, les remaniements ministériels et la réorganisation des gouvernements qui font partir de ce procédé qui prône le renouvellement des générations au sein de l’appareil politique, la transparence et la compétence, l’importance d’une classe politique politiquement propre et professionnellement compétente et la réussite de ses projets. En effet, lorsqu’on parle de renouvellement de la classe politique, on se réfère á la substitution d’hommes politiques usés, sans projets de société par d’autres, compétents, plus jeunes et dynamiques qui sont porteurs d’un programme d’actions réalistes et réalisables en phase avec les orientations des besoins de la société. Ce qui veut donc dire que la jeunesse a un rôle important à jouer dans la politique d’un Etat, car la nécessite d’assainir la vie politique, le toilettage des textes et l’harmonisation des organes institutionnels sont on ne peut plus nécessaire. A fin de baliser le terrain et préparer une transition sans louper pour un nouveau pacte social et refonder les valeurs et les systèmes sur des bases nouvelles et saines ainsi que des projets de loi. Rendons nous a l’évidence pour constater que hors mis l’Afrique et dans une moindre mesure l’Amérique latine, l’élite de la plus part des pays de monde est de plus en plus jeune. Citons entre autre les Barack Obama 48 ans, Abdullah Guil de Turkie 55 ans, Nicolas Sarkozy qui à 21 ans était déjà maire de Neuilly

Conclusion
Rendu au terme de cet exposé où il a été question des processus politiques, nous avons vu qu’ils prennent naissance dans la famille et ainsi les normes et valeurs reçues dans cette institution sont complétées par l’école et les autres vecteurs de transmission de la culture politique comme la religion, les syndicats et les medias. Apres l’inculcation des valeurs politiques, l’individu est désormais appelé à participer de manière efficace à la gestion de la cité à travers les élections comme formes institutionnelles la participation politique. Sans toute fois oublier sa contribution au débat politique. Tout ceci dans l’ultime but d’assurer le maintien de la cohésion sociale et le renouvellement de la classe politique afin de consolider l’unité nationale. Les processus politiques constituent donc un moteur de transformation sociale.

Références bibliographiques
- Encyclopédie Encarta 2009
- www. politique-africaine.com
- Yacouba Mouluh, Eléments du cours de sociologie politique
- Patrick Roger MBIDA, Guide pratique de sociologie politique, Mai 2009
- www.etudesafricaine.revues.org

Comments

Popular posts from this blog

LE PEUPLE BAMILEKE: ORIGINES, TRADITIONS, CULTURE, RELIGION ET SYMBOLES

Decolonisation du Nigeria

Introduction

Le Nigeria, ce vaste territoire le plus peuplé d’Afrique a connu comme la quasi totalité des pays africains (hors mis le Liberia et l’Ethiopie) la colonisation occidentale. Ses premiers contacts avec le monde occidental remontent au XVIe siècle puis, à partir de 1906, le Nigeria devient un protectorat britannique. 60 ans, après, le Nigeria accède à l’indépendance avec 17 autres territoires africains. Notre sujet qui porte sur la décolonisation du Nigeria a pour objectif est de tenter de faire comprendre quand, comment et pourquoi le Nigéria acquiert son indépendance quand on sait qu’aucun « maitre » ne libère volontairement son « esclave ». Encore que les méthodes coloniales anglaises (indirect rule) qui semblaient donner une autonomie aux chefs locaux tout en faisant des anglais des arbitres ne manquaient pas de déposséder les chefs locaux de leurs zones de compétences territoriales. Pour parvenir à comprendre les enjeux de cette décolonisation du Nigéria, nous nous propo…

LES INDICATEURS DU SOUS-DEVELOPPEMENT

INTRODUCTION


Le terme de sous-développement est apparu, il y a vingt ans environ sous la plume d'économistes. En dépit des ambiguïtés qui l'entourent et peut-être même à cause de ces ambiguïtés, il a eu le succès que l'on sait. "Sous-développement" est devenu une expression à la mode. Parce il recouvre un ensemble de problèmes dont on a peu à peu découvert ampleur et la gravité. Le mot sous-développement est souvent utilisé pour donner du poids à des propos qui traitent de questions plus ou moins secondaires. Par une sorte de manie inflationniste, on en est venu à appeler sous-développement n'importe quelle insuffisance ou n'importe quelle inadaptation.
Cependant pour ce qui est des économistes, l'apparition du terme sous développement a néanmoins marquée incontestablement le début un grand tournant. En commençant à se pencher il y a 20 ans, sur les problèmes des "pays sous-développés", les économistes ont progressivement découvert des réali…