Skip to main content

LA PAROLE EST UN POUVOIR

INTRODUCTION
« Au commencement était la parole » Bible(Gs 1.1). Cette phrase tirée du livre le plus lu dans le monde nous montre que la parole est à l’origine de la création de toute chose, et dont détentrice de pouvoir. Qu’est-ce-que la parole ? La parole peut être perçue comme une suite d’idées, de mots ou de phrases. D’après le dictionnaire Larousse, la parole est définie comme la capacité personnelle à parler, à s’exprimer plus librement. Puisque la parole est un pouvoir, le concept pouvoir, peut être perçut comme la pression qu’exerce un individu sur un autre. D’après le dictionnaire, le pouvoir renvoie à la puissance de droit ou de fait détenue par quelqu’un. Dans le cadre de notre exposé, il sera question de présenter dans un premier temps les éléments qui font de la parole un pouvoir (I). Ensuite nous montrerons l’influence de la parole sur les humains et les choses (II).

I- LES ELEMENTS QUI FONT DE LA PAROLE UN POUVOIR
Dès la Grèce antique, celui qui veut vaincre autrement que par l’usage de la force doit être capable de convaincre par la parole. De nos jours, l’usage de la parole comme outil de conviction est toujours d’actualité : par la parole on peut amener l’autre à une certaine conclusion, on peut provoquer des émotions et amener quelqu’un à adopter le comportement souhaité. Ainsi donc, pour que la parole soit un pouvoir il faudrait que le langage soit commun(A) , ou connu de tous et que les mots soient porteurs de sens(B).
A- LE CODE COMMUN
La notion de code commun apparait dans la terminologie de la communication. Le code est la forme donc le message est transmit de l’émetteur au récepteur. Pour que le récepteur puisse analyser le message, tirer le sens du message et se comporter conformément au message reçu, il faudrait qu’il puisse le décoder. L’usage d’un code commun est donc fondamental dans la communication : sans code commun pas de message décrypté et pas d’effet attendu.
Il serait donc inadéquat pour un individu qui voudrait se faire comprendre de s’adresser en anglais à des populations d’expression française. De plus, la popularité du langage utilisée est croissante avec le pouvoir de ce langage du fait du plus grand nombre de personnes touchées et de la large couverture géographique. On peut expliquer le pouvoir d’une personne ou d’un pays par l’universalisme de son langage : cas des usa.
Toutefois, l’usage d’un code commun bien que nécessaire pour conférer du pouvoir à la parole n’est pas à elle seule suffisante. Il faut faire entrer aussi en jeu ce que les grecs appelaient le logos, le pathos, l’ethos. En d’autres mots il faudrait que les mots soient porteurs de force émotive et affective, bref que les mots soient cohérents.

B- LA COHERENCE DES MOTS SELECTIONNES : la rhétorique

La rhétorique est la méthode utilisée pour gagner la conviction. Cette science repose :
-Sur la façon de disposer ses arguments logiques de manière à conduire à la conclusion voulue.
-Sur la manière de faire et prouver à l’autre les sentiments désirés (pitié, indignation, admiration, désir…)
-Enfin sur le recours à l’autorité des valeurs.
Il s’agit ici de combiner l’argument logique plus le pathétique, plus éthique. L’usage des mots est essentiel dans la rhétorique car les mots ne sont pas de simples particules de phrases. Ce sont des syllabes entremêlées qui ont un réel pouvoir. Les mots s’imposent à notre conscience que nous prenons ici et là, extraits de nos lectures, repris dans notre éducation, captés dans l’environnement immédiat. L’usage qu’on fait de la parole nécessite une jonction des mots employés. Ainsi, la cohérence des mots sélectionnés constitue en elle-même un élément de pouvoir. Pour ce fait, il consiste tout d’abord à choisir bien les mots. Car, un mot à la place d’un autre change tout, tout comme un groupe de mots à une autre place. Ensuite, il existe des techniques, des phrases, des mots des métaphores et des protocoles, qui s’apprennent pour modifier nos comportement, et nous permettent de mieux communiquer avec notre conjoint, nos enfants, nos collègues, notre entreprise ou toute une nation. Ce sont par exemple les techniques de communication que le Président Obama, encore inconnu en 2004, a utilisé pour se faire comprendre et élire. Enfin, les mots ont la particularité d’avoir un caractère magique. Ceci s’explique par le fait que les mots nous gouvernent, nous trahissent, nous blessent ou nous réchauffent. La plupart du temps, nous croyons avec sincérité que nous exprimons notre pensée à l’aide des mots que nous choisissons. Nous avons le sentiment d’une juste adéquation entre la pensée d’un coté, et la langue d’un autre. Il nous arrive même de recherché le bon mot qui exprime telle ou telle idée.

II- LE POUVOIR DE LA PAROLE
Après avoir énoncé les différents éléments qui confèrent à la parole son pouvoir, il sera maintenant question de montrer comment se déploie le pouvoir de la parole. L’utilisation stratégique de la parole est surtout employée pour persuader et dominer. A cet effet, l’analyse du pouvoir de la parole passe nécessairement par l’étude de la persuasion (A) , et de la manière dont certains acteurs s’en servent pour parvenir des fins qui leurs sont propres(B).

A- LA PERSUASION


La persuasion est souvent désignée par l’expression « agir sur des cerveaux ». Cela suppose de chercher à obtenir des effets de croyances. Le discours est généralement articulé soit pour persuader de la véracité d’un évènement, soit de la vraisemblance d’un évènement futur .Souvent aussi le discours est destiné à modifier le jugement et l’ état émotif de ceux auxquels ils s’adressent : dont à la fois sa perception et son évaluation de la réalité.
Dans tous les cas, le but est de peser sur le comportement d’autrui par l’intermédiaire du discours ou plutôt par la signification qu’il lui attribue pour l’amener suivant le cas à s’indigner, à se débander, à voter, à investir, à agir contre ses intérêts etc… Certes tout ce que nous venons de dire des mécanisme du faire croire pourrait parfaitement s’appliquer à l’église catholique romaine , au président de la république, au commerçant, au séducteur ou au dictateur… Bref à toute personne qui désire vaincre autrement que par la force. De façon pour générale, les linguistes ne nous ont pas attendu pour remarquer que le discours a une dimension « perlocutoire », c'est-à-dire qu’il produit des effets sur celui qui les reçoit, effets qui, même s’ils ne sont pas la conséquence nécessaire, en résultent souvent, comme l’obéissance, la conviction, l’émotion, la séduction, l’intimidation etc…
Certains expliquent la persuasion par la répétition et le conditionnement (associé une réaction à un stimulus), d’autres se réfèrent à la psychologie des profondeurs et au déclenchement des pulsions. Certains parlent d’un viol exercé sur l’inconscient des victimes, les autres de « recadrage » de la réalité par la communication persuasive.
Que conclure de tout cela ? Faute de pouvoir résumer ici la persuasion, nous relèverons trois points essentiels en ce qui concerne la notion de persuasion.
1- Aucune théorie du mécanisme de la persuasion ne s’est universellement imposée.
2- Le mécanisme de la persuasion apparait de plus en plus comme un parcours d’obstacles que doit franchir l’argumentation efficace ou le message évocateur, d’où l’importance du sens des mots.
3- La persuasion au sens stricte qui comporte toujours une part d’incertitude.

Une fois définie le concept de persuasion, il serait important de voir comment la parole, dans son utilisation courante use de la persuasion sur les hommes.

B- Le pouvoir de la parole au quotidien
La parole utilisée comme instrument de persuasion peut se vérifier dans diverses situations à travers les personnages ci après :



 Les hommes politiques
Il est souvent dit que les actes parlent plus fort que les paroles. Ceci s’observent pendant les campagnes électorales lors desquelles il n’est pas toujours facile aux candidats de faire leurs preuves. Mais, par une suite de mots bien sélectionnés, l’homme politique arrive à persuader les foules de voter pour lui. Celui-ci fait généralement recours à des petites phrases ou slogans qui captivent l’attention des foules. Par exemple, lors des élections présidentielles au Cameroun en 1998, le slogan de l’actuel président de la République était : « Paul Biya le meilleur choix », tout comme le slogan de l’actuel président américain : « Yes we can». On constate qu’il est toujours question de trouver le mot ou la phrase exacte, en rapport avec une situation historique ou actuel, et susceptible de captiver l’attention des concernés.

 Le commerçant
Il se sert de l’usage de la parole pour persuader un client. Lorsque le client hésite sur l’achat d’un article, le commerçant utilise des paroles flatteuses pour vanter la qualité de l’article. Il en est de même lors de la diffusion des publicités sur un article, par exemple les slogans comme « Top, stop la soif », « Cube Maggi, le secret de la bonne cuisine ». Le but recherché ici est de persuader le client pour l’achat du produit, peu importe si le produit lui plaira.

 Le séducteur
Lorsqu’un séducteur courtise une demoiselle, les belles paroles poétiques et douces pleines de compliments auraient plus d’impacts sur la demoiselle qu’un simple « je t’aime ». Il serait plus probable que les mots tels que « tu es aussi belle que le couché du soleil » puissent convaincre une femme de céder aux avances du séducteur que des paroles directes tel que « tu me plais ». Le séducteur très souvent s’approprie des mots simples mais profond pour parler à une femme. Les femmes sont susceptibles d’être plus intéressées par la forme que par le fond. Ceci voudrait dire que si le séducteur arrive à bien sélectionner ses mots, il serait plus facile pour lui de persuader une demoiselle à accepter ses avances.

 Le dictateur
Les paroles ont eu la capacité de ralentir toute la race noire et le continent africain en particulier. Depuis la colonisation, les propos des blancs à l’encontre des noirs ont toujours eu une connotation de supériorité. En effet, les hommes blancs ont fait comprendre aux noirs qu’ils sont bons à rien ; le blanc est l’être le plus intelligent , capable d’éduquer le noir qui est doté d’idioties. Pendant cette même période, les prêtres de l’Eglise catholique ont pu persuader les africains en utilisant des versets dans la bible qui disent qu’il sera plus difficile pour un riche d’aller au paradis qu’un pauvre. C’est ainsi que plusieurs familles se sont retrouvées sans héritages, car tout les biens avaient été légués à l’église pour obtenir le salut.
Tout comme le démontre l’histoire, la parole a un pouvoir de persuasion, avec la dictature d’Adolf Hitler comme exemple. Ce dernier a réussi à convaincre les allemands de voir les juifs comme une menace et une cible à détruire pour réussir. Il a fait comprendre aux allemands que s’ils étaient pauvres, c’est parce que les juifs ont prit tout le travail et leur argent. Les mots employés lors de ses nombreux discours ont développé l’esprit de patriotisme allemand. Aller en guerre pour les hommes était une fierté et un devoir.

CONCLUSION
Au terme de notre exposé, force est de constater que, la parole est puissante, créative, persuasive et dominatrice. Au fil des âges, il a produits des effets qui sont soit positifs, soit négatifs sur les éléments de la nature, sur l’Homme et son environnement ; d’où l’expression la parole est un pouvoir, thème qui a été soumis à notre réflexion.

Comments

ghislain said…
Mon frère TEMETIO,j'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre exposé sur'LA PAROLE EST POUVOIR'.Mais il me semble si je ne me trompe que vous déplorez le fait que certaines familles ont donné leurs biens à l'Église et sont restées sans héritage.Si tel est le cas et dans une perspective spirituelle,pouvons-nous estimer les biens divin que ces dites familles ONT REÇUES en comparaison à la vanité des biens matériels cédés? GHISLAIN

Popular posts from this blog

LE PEUPLE BAMILEKE: ORIGINES, TRADITIONS, CULTURE, RELIGION ET SYMBOLES

Decolonisation du Nigeria

Introduction

Le Nigeria, ce vaste territoire le plus peuplé d’Afrique a connu comme la quasi totalité des pays africains (hors mis le Liberia et l’Ethiopie) la colonisation occidentale. Ses premiers contacts avec le monde occidental remontent au XVIe siècle puis, à partir de 1906, le Nigeria devient un protectorat britannique. 60 ans, après, le Nigeria accède à l’indépendance avec 17 autres territoires africains. Notre sujet qui porte sur la décolonisation du Nigeria a pour objectif est de tenter de faire comprendre quand, comment et pourquoi le Nigéria acquiert son indépendance quand on sait qu’aucun « maitre » ne libère volontairement son « esclave ». Encore que les méthodes coloniales anglaises (indirect rule) qui semblaient donner une autonomie aux chefs locaux tout en faisant des anglais des arbitres ne manquaient pas de déposséder les chefs locaux de leurs zones de compétences territoriales. Pour parvenir à comprendre les enjeux de cette décolonisation du Nigéria, nous nous propo…

LES INDICATEURS DU SOUS-DEVELOPPEMENT

INTRODUCTION


Le terme de sous-développement est apparu, il y a vingt ans environ sous la plume d'économistes. En dépit des ambiguïtés qui l'entourent et peut-être même à cause de ces ambiguïtés, il a eu le succès que l'on sait. "Sous-développement" est devenu une expression à la mode. Parce il recouvre un ensemble de problèmes dont on a peu à peu découvert ampleur et la gravité. Le mot sous-développement est souvent utilisé pour donner du poids à des propos qui traitent de questions plus ou moins secondaires. Par une sorte de manie inflationniste, on en est venu à appeler sous-développement n'importe quelle insuffisance ou n'importe quelle inadaptation.
Cependant pour ce qui est des économistes, l'apparition du terme sous développement a néanmoins marquée incontestablement le début un grand tournant. En commençant à se pencher il y a 20 ans, sur les problèmes des "pays sous-développés", les économistes ont progressivement découvert des réali…