Skip to main content

LA PARENTE/KINSHIP

Plan de l’exposé
Introduction
I. Liens et rôle de la parenté

A. Les liens de parenté
B. Le rôle de la parenté

II. Descendance et les types de système de parenté

A. La descendance
1. La parenté unilinéaire
2. La parenté bilatérale

B. Les types de système de parenté

1. Le système Hawaïen
2. Le système eskimo et iroquois

a. Le système eskimo
b. Le système iroquois

III. Relations entre la parenté et les autres sous systèmes de la société : cas de la famille et de la religion

A. La parenté et la famille
B. La parenté et la religion

Conclusion





Introduction
La société est constituée d’un ensemble de réseaux que les anthropologues culturels et sociaux ont tôt fait de qualifier de sous systèmes de la société. Parmi ces sous systèmes, nous pouvons citer la religion, la famille, l’économie, la parenté et bien d’autres. Le système de parenté au lequel nous nous intéressons particulièrement est définie comme un réseau de relations reliant tous les membres d’un groupe social. Elle peut également être appréhendée comme l’ensemble des relations humaines fondées sur la consanguinité et le mariage . La parenté constitue un système social et culturel dans lequel, les sociétés attribuent aux liens entre les parents par le sang et par alliance des implications juridiques, politiques et économiques caractéristiques de chaque société. Depuis le début du XIXe siècle, l’évolution de la parente et de sa terminologie est au cœur des études anthropologiques et ceci grâce aux travaux de Lewis Henry Morgan dans lesquels il développa sa théorie de la parenté qui fait une distinction entre la terminologie de la parenté dans les sociétés simples et celles des sociétés complexes. L’approche de Morgan fut abandonnée lorsque les anthropologues comme Lévi-Strauss pour qui la parenté forme un système dont les éléments ne peuvent prendre leur signification qu’en fonction les uns des autres découvrirent qu'il n'existe qu'une variété limitée des systèmes de parenté en usage que l'on retrouve chez tous les peuples, indépendamment de leur niveau d'évolution technologique. Pour aborder cette thématique de la parenté, nous avons organisé notre cheminement en trois étapes. Premièrement, il sera question pour nous de développer les liens et le rôle de parenté(I), puis nous nous attarderons sur la descendance et les types de système de parenté(II). Enfin, nous tenterons de montrer les relations entre la parenté et quelques autres sous systèmes de la société (III).
I. LIENS ET ROLE DE LA PARENTE
La parenté, comme déjà définie plus haut est un réseau social de relations entre individus. Dans ce réseau, les individus sont unis, rattachés par un certains nombre de liens appelés liens de parenté qui définissent et précisent en même temps la nature des relations qui existent entre les individus y appartenant. En plus de cela, la parenté joue un rôle fondamental dans la société car elle est à la base même de sa formation et de sa structure.

A. Les liens de parenté
Les liens qui relient les individus dans la parenté sont au nombre de trois :

 le lien par alliance
Il correspond aux relations de parenté provenant du lien marital. Lorsqu’un homme épouse une femme, il est relié à elle par un lien par alliance. Cependant, il n’est pas seulement associé à sa femme, mais aussi à ses parents, ses frères, sœurs et autres membres de sa famille. En Amérique du Nord, la famille avec laquelle nous avons des liens par alliance sont appelée « belle famille » et de cette appellation naissent des termes comme beau frère, beaux parents, etc.
 le lien de consanguinité
Il correspond aux relations de parenté provenant des rapports biologiques, c’est-à-dire de « sang ». Un fils ou une fille sont reliés à leurs parents par le lien de consanguinité. Les frères et sœurs sont liés entre eux par le lien consanguin. Le lien par alliance est fait par contrat et peut être dissout. Alors que le lien consanguin est établit depuis la naissance et ne peut être rompu. Le lien par alliance est accompli tandis que le lien consanguin est attribué. On choisit son épouse mais pas ses enfants.
 le lien fictif

Kinship Symbols

A circle represents a female
A triangle represents a male
An equal sign represents a marriage

A vertical line represents descent or parentage
A horizontal line represents a sibling bond

Il se réfère à un lien de parenté « socio-légal » dans lequel une personne est légalement, par cérémonie ou religieusement liée à un réseau de parenté. Le lien fictif représente habituellement un lien de consanguinité tel que « frère de sang » ou « marraine ». La forme familière de lien de parenté fictif dans notre culture est l’adoption. Quand un couple adopte un enfant, celui-ci est considéré comme le leur. Du fait de son caractère fictif, ce lien parental n’est pas moins solide. Un enfant adopté a tous les droits, privilèges et responsabilités qu’un enfant naturel.
Cet ensemble de liens est illustré dans les schémas ci-après

B. Le rôle de la parenté
La parenté est d’une importance remarquable car c’est une partie de la structure sociale dans plusieurs sociétés. A cet effet, elle joue un certain nombre de rôles qu’il est important de relever.
 La socialisation
Malgré le fait que la famille nucléaire a toujours la principale responsabilité dans la socialisation des jeunes, la famille élargie a aussi un rôle important dans ce processus. Chez les Trobriand(archipel située au Nord-est de la nouvelle Guinée), le garçon apprend son métier, les rituels de son clan et toute autre chose importante pour sa vie, du frère de sa mère et non de son père. Le système de parenté fournit les modèles de comportement. Aussi, certains membres du système de parenté ont des rôles spécifiques dans certains aspects de la socialisation de l’enfant.
 Sécurité et assistance
La plupart des sociétés n’ont pas de système de sécurité sociale pour prendre soin des personnes âgées ou de ceux qui ne peuvent pas travailler. Elles n’ont pas de maisons de retraite encore moins d’orphelinats. Elles n’ont pas des forces de police pour protéger la propriété et la vie. Dans ce cas, qui protège donc les veuves, les vieillards, les orphelins ? Qui protège la propriété et la vie ?
Le système de parenté prend soin des vieillards, des jeunes et des orphelins. Il vient en défense à quiconque de ses membres qui se trouve en danger. Il remet sur le droit chemin les membres susceptibles de s’en éloigner, il règle les disputes. En bref, le système de parenté joue le même rôle que celui attribué au gouvernement. De la même manière qu’un individu ne peut pas évoluer dans une société sans comprendre les fonctions du gouvernement, un individu ne peut évoluer dans une société sans comprendre les fonctions du système de parenté.
 Contrôle social
Dans la plupart des sociétés simples et même dans certaines sociétés complexes, le réseau de parenté prend les fonctions gouvernementales du contrôle social. Le système de parenté punit les malfaiteurs, établit des règles et maintient l’ordre social.

1. Descendance et les types de système de parenté
La descendance est un ensemble de générations qui se succèdent au fil du temps et dont le tissu relationnel qui s’établi est appelé lignée. Cette lignée s’étudie suivant plusieurs caractéristiques. Il existe également plusieurs types de systèmes de parente à travers le monde, mais la plus part de ces systèmes sont basés sur la manière par laquelle les individus, membres du même groupe se caractérisent.

A. La descendance
Il existe trois types de parentés : la parenté unilinéaire qui est scindée en deux (patrilinéaire et matrilinéaire), la parenté bilinéaire et la parenté indifférenciée ou bilatérale.
1- La parenté unilinéaire
Celle-ci donne naissance aux groupes de parenté, clans et lignage. Ces deux derniers sont exclusifs puisqu’on ne peut appartenir qu’à un seul clan et lignage à la fois. Ici, le processus démographique est très important car, si le nombre d’enfants vient à manquer, le groupe risque de s’éteindre par contre, s’il y en a trop, le groupe risque de s’éclater en sous-groupe. Comme exemple de société unilinéaire, nous pouvons prendre celle de la société Shoshone qui est un groupe d’indien d’Amérique du nord. Ils habitent les hauts plateaux du Nevada, pratiquent la chasse et la cueillette. Cette société comprend un groupe familial restreint de type nucléaire et un groupe de famille relié par les mariages. Le mariage s’effectue ici par l’échange de sœurs, un homme peut aussi épouser plusieurs sœurs ou une femme, plusieurs frères

2- La parenté bilatérale et bilinéaire
Dans la parenté bilatérale, il n’y a plus de groupes distincts les uns des autres. On ne peut appartenir qu’à un seul clan. Cette parenté se caractérise alors par la reconnaissance des quatre grands parents et de tous les consanguins. Ce système qu’on trouve en Europe en générale, repose sur la parentèle ; celle-ci ne se constituant pas par rapport aux ancêtres. On parle alors de parenté bilinéaire, lorsqu’il existe dans une société, in système patri et matrilinéaire. Par contre dans cette société à parenté bilinéaire, chacun de ses systèmes (patri et matrilinéaire) assurent une fonction distincte. Par la femme, on hérite le troupeau et les biens tandis que, par les hommes, on hérite le nom, l’ancêtre. Ici, on reconnait donc les deux grands parents : le père du père et la mère de la mère. Dans cette société, il y a souvent des problèmes du fait de l’inexistence de groupe clanique distinct.

B. Les types de système de parenté
Plusieurs systèmes de parenté sont observables ; parmi lesquels, nous pouvons citer quelques systèmes de bases comme le système Eskimo, Hawaïen, Iroquois, Soudanais, Crow et même Omaha. Sur ceux-ci, viennent alors se greffer les autres systèmes
1- Le système de parenté hawaïen
C’est un système générationnel où les proches du même sexe et de la même génération font allusion au même terme de la parenté à l’instar des termes tels que : « Mo », « Mosi », et « Fasi »qui font allusion à la mère et « Fa », « FaBr » et « MoBr », au père ; quant aux cousins parallèles ( cousins dont les parents par l’intermédiaire desquels la relation se fait, sont du même sexe) et les cousins croisés(les cousins dont les parents par l’intermédiaire desquels la relation se fait, sont de sexe différent), font aussi allusion au frère ou à la sœur. Ego est un individu référence du système, c’est aussi de cette manière que l’on désigne l’individu au centre de l’analyse ; aussi, il nomme tous les garçons de sa génération « frères » et toute les filles « sœurs ». Il appelle « père et mère » tous les consanguins de la génération de ses parents. Dans ce système, il existe dès lors un interdit de mariage avec tous les collatéraux (frères et sœurs).



2- Le système de parenté eskimo et iroquois

a. Le système eskimo
Ce système différencie les relations collatérales des descendants directs mais ne fait pas de distinction entre patrilinéaire et matrilinéaire. Il y a donc égalité entre ces deux termes. De telle sorte que « Mo », qui signifie « mère », se différencie de « mosi et fasi » qui signifient tous deux « tantes ». Ce constat peut être observé avec la parenté anglo-américaine qui est un exemple de système eskimo. Ici, dans la génération d’Ego, tous les cousins sont appelés par le même terme. Il se distingue des frères et de sœurs tandis qu’à la génération supérieure, le père et la mère sont différenciés ; en d’autres termes, il y a un terme pour le frère de ses parents (oncle) et un terme pour la sœur de ses parents (tante)



b. Le système iroquois
Dans ce système, il y a une distinction entre patrilinéaire et matrilinéaire. La descendance est dite patrilinéaire lorsque la transmission d’une génération à l’autre se fait par l’intermédiaire des hommes de la lignée ; et matrilinéaire, lorsqu’elle se fait par l’intermédiaire des femmes de la lignée. Dans la génération d’Ego, les parallèles sont appelés frères ou sœurs tandis que les cousins croisés sont nommés cousins. Il appelle « père » les frères de son père et « mère » les sœurs de sa mère.


Tous ces termes ne sont pas employés de la même façon dans les autres systèmes. Par exemple, dans le système Crow, l’égo ou le sujet appelle « frère et sœur », ses cousins parallèles mais, « fils et filles » les enfants du frère de sa mère.

II. Relation entre le système de parenté et les autres sous systèmes de la société : la famille et la religion
La parenté comme sous système de la société entretient des rapports avec les autres sous systèmes de la société comme la religion, l’éducation, le mariage, la famille, etc. La liste étant exhaustive, nous nous limiterons à ressortir les liens entre la parenté, la famille et la religion.
A. Liens entre la parenté et la famille
La famille dans son sens le plus large va au delà de la relation parents-enfant et s’étend sur un ensemble de tissus de relations qu’est la parenté. Selon Morgan, « la famille est un élément actif, elle n’est jamais stationnaire, mais passe d’une forme inferieure à une forme plus élevée, à mesure que la société se développe d’un degré inferieur à un degré plus élevé. Par contre, les systèmes de parenté sont passifs, ce n’est qu’à de longs intervalles qu’ils enregistrent les progrès que la famille a fait au cours du temps, et il ne subissent de transformations radicales que lorsque la famille s’est radicalement transformée ». Il est évident de constater au regard de cette assertion de Morgan que non seulement la famille précède la parenté, mais aussi qu’elle est la base de la parenté. La parente joue un rôle important dans la famille ceci surtout dans les sociétés simples où un même individu a une multitudes de rapports qui expliquent dans le même temps le degré d’attachement qui le lie à l’autre membre de sa famille comme son cousin, neveu, frère, oncle, père, beau père, etc. Cette dénomination de père, cousin, tante et autres ne sont pas seulement des titres honorifiques, mais entrainent avec elles des obligations mutuelles très précises, très sérieuses dont l’ensemble forme une part essentielle de l’organisation sociale de la parenté.
Les rapports de parenté diffèrent en fonction des formes de familles. Le système de parenté Hawaïen par exemple est basé sur une forme de famille très originelle où les enfants des frères et sœurs ne sont pas cousins, mais plutôt des frères et sœurs et en plus de cela, enfants des frères et sœurs de leurs parents. Cependant, dans les sociétés évoluées, la parenté et la famille n’admettent pas que frères et sœurs soient parents d’un même enfant. Il n’y a donc pas de famille sans rapports de parenté ni de rapports de parenté qui puissent se reproduire sans produire des formes de famille.
B. Liens entre parenté et la religion
The relationship which exists between these two sub-systems is shown at the level of the effect of religion on one’s views on kinship or on the different basis on which kinship could be created. These two sub-systems are interrelated as this would be shown below.
To begin with, the Shakers in the United States who were a religious group which did not accept any form of sexual activity whatsoever found themselves leaving no descendants and now they exist no more. This shows the effect that religion had on this group of people.
Also, religion could be said to be the catalyst that extends kinship altruitism, or at least favoritism to distant kinsmen. For example most tribal societies have an ancestor in common, and practice ancestor worship. As a result of this belief in a common ancestor who by his supernatural powers could have an impact on his co-descendants, the people tend to create a ‘family-like’ co-operation among them. An example is that of the Hewa or the Aborigines in Australia. Ancestor worship, which promoted close or family-like co-operation between co-descendants not in the same family, but in the same tribe, probably characterizes the religion of most if not all tribal societies.
This is same for the religions which sprouted up a thousand years ago, led by prophets. These prophets encouraged individuals from different tribes (who had only their religion in common) to begin to act as siblings of one another due to the fact that they all had a common ancestor who was the common ancestor to every other person including their children. These prophets succeeded, to some extent, in creating a kinship behavior in people who were just related by a supernatural ancestor. Terms such as ‘father’, ‘mother’, ‘brother’ and ‘sister’ were commonly used in this groups. Such examples include Zoroaster of Zoroastrianism, Viracocha from Tiahuanaco which led to the basis of the Inca Empire.
However, when modern religions stop proselytizing, refusing new converts and do not accept inter-marriages, their religions become more of a tribe. For example the Catholics in Northern Ireland have no Protestant kin and vice versa. As a result of this, it could be observed that one’s automatically places him into a particular religion. As a result, the Catholics or Protestants in Northern Ireland are of this denomination just because their kin are, and do not marry individuals of other denominations. We can observe from this that there exist a great inter-relation between all sub-systems kinship and religion inclusive.

Conclusion
En somme, il était question pour nous d’étudier l’un des sous systèmes de la société à savoir la parenté. Nous avons donc pu faire ressortir les différents liens de parenté (alliance, consanguinité et fictif), les différents rôles de la parenté dans la société. Ainsi que les différents types de système de parenté qui existent à savoir le type Hawaïen, le type Esquimo et le type Iroquois. Enfin, nous avons présenté l’interrelation entre la parenté et deux autres sous systèmes qui lui sont proches : la famille et la religion. Après étude, nous pouvons dire que, pour évoluer, tout individu doit comprendre ce qu’est la parenté puisqu’elle est universelle et importante malgré son existence à des degrés différents dans la structure de chaque société humaine.
.

Comments

Popular posts from this blog

LE PEUPLE BAMILEKE: ORIGINES, TRADITIONS, CULTURE, RELIGION ET SYMBOLES

LES INDICATEURS DU SOUS-DEVELOPPEMENT

INTRODUCTION


Le terme de sous-développement est apparu, il y a vingt ans environ sous la plume d'économistes. En dépit des ambiguïtés qui l'entourent et peut-être même à cause de ces ambiguïtés, il a eu le succès que l'on sait. "Sous-développement" est devenu une expression à la mode. Parce il recouvre un ensemble de problèmes dont on a peu à peu découvert ampleur et la gravité. Le mot sous-développement est souvent utilisé pour donner du poids à des propos qui traitent de questions plus ou moins secondaires. Par une sorte de manie inflationniste, on en est venu à appeler sous-développement n'importe quelle insuffisance ou n'importe quelle inadaptation.
Cependant pour ce qui est des économistes, l'apparition du terme sous développement a néanmoins marquée incontestablement le début un grand tournant. En commençant à se pencher il y a 20 ans, sur les problèmes des "pays sous-développés", les économistes ont progressivement découvert des réali…

HISTOIRE DES GRANDS EMPIRES AFRICAINS

UNIVERSITE PROTESTANTE D’AFRIQUE CENTRALE


Faculté des Sciences Sociales et Relations Internationales
(F.S.S.R.I)



HISTOIRE

INTRODUCTION

Pendant des siècles, l’Afrique a été décrite, présentée par les occidentaux comme un continent obscur, sauvage auquel il fallait y apporter la civilisation. Les voyages d’Henri le Navigateur et Christophe Colomb au XVe siècle montre cependant qu’il existait déjà une Afrique riche, organisée et structurée. Ainsi, les peuples d’Afrique se sont développés de façon analogue aux africains de la Vallée du Nil. Ils avaient une histoire réalité et une histoire connaissance qui leur a permis de bâtir des clans, des royaumes et des empires, bien structurés, politiquement, économiquement, socialement, culturellement et religieusement. Le moyen-âge marque la période faste de l’histoire africaine pendant laquelle l’histoire de l’Afrique a connu son apogée. Nous pa…