Skip to main content

la politique

Introduction

Précédemment définie comme la science des sociétés primitives, l’anthropologie de nos jours est définie comme la science de l’Autre : C’est Autre qui peut être proche ou lointain. Toutefois, l’on admet que l’anthropologie se fixe comme objectif d’analyser l’humain dans sa globalité, c'est-à-dire sa culture : d’où la dénomination de science totale qui est donnée à l’anthropologie. Le laboratoire de l’anthropologue est la société. Qu’est ce que la société ? La société est un ensemble de système complexe ou simple qui fonctionnent entre eux et qui sont interdépendants. C’est dire donc que la société est comme un organisme vivant qui a plusieurs parties. L’analyse systémique en anthropologie se fixe donc comme objectif d’analyser les différents sous systèmes ou éléments qui constituent la société afin d’observer et d’analyser comment ces sous systèmes concourent au bon fonctionnement de la société. L’un des sous système de la société est la politique. Définie par les Grecs comme étant la connaissance de la cité, la politique aujourd’hui est l’art de gérer l’Etat, le système de gouvernance d’une nation. En tant que sous ensemble du grand ensemble qu’est la société, la politique joue son rôle dans le maintien et la survie de la société. La politique se rapporte donc à des évènements qui ont traits à la détermination et à la réalisation d’objectifs publics et/ou à la distribution différentielle, ainsi qu’à l’utilisation du pouvoir dans le ou les groupes intéressés par ces objectifs. (SWARTZ. 1968). L’anthropologie distingue plusieurs applications de la politique dans la société, et ces manifestations ou pratiques de la politique varient selon que l’on soit dans une société dite simple (TITRE 1), ou dans une société dite complexe (TITRE 2).

La pratique de la politique dans les sociétés simples.

Dans les Clans
Le clan désigne une société dans laquelle les populations évoluent en groupuscules et survivent grâce à la chasse, et la quête d’aliments sauvages. Il peut s’agir de familles, de concessions, d’immigrés. Dans le but de satisfaire à leurs besoins fondamentaux, toutes les associations claniques établissent un système politique qui leur est propre et qui est déterminé par la manière dont elles évoluent en termes d’organisation sociale.

Caractéristiques du clan: circonstances de l'émergence d'un système politique.
Le clan a ceci de particulier qu’il ne s’étend sur aucunes frontières géographiquement délimitées, ceci du fait des migrations permanentes de la population qui la constitue et de la conception selon laquelle l’environnement dans lequel il évolue constitue son milieu de vie. En effet, la notion de territoire n’est pas poussée dans les mœurs du clan.
La vie politique au sein de la bande consiste premièrement à s’accommoder dans le but de vivre ensemble c'est-à-dire à mettre en place des règles qui vont régir la vie de la communauté. Cet ensemble de règle consiste en:
• L’existence d’un leader
La mise en place des règles de vie communautaire commence au sein du clan par le choix d’un leader du groupe. Son rôle, est de remplir un certain nombre de conditions qui varient en fonction de la nature du groupe (familles, concessions, immigrés..). Ce dernier à la charge de veiller à la resolution tous les problèmes venant affecter la vie du groupe. La désignation du leader ou chef est fonction de certains critères.
• Le choix du Leader
Le leadership est essentiellement charismatique au sein d’un clan. En effet, un homme ou une femme ne devient leader que s’il ou elle s’est démarqué(e) par son talent dans tel ou tel autre domaine. C’est donc le talent qui fait du leader un leader au sein du clan, le talent étant l'aptitude pour le leader à pourvoir à la satisfaction des besoins du clan.
Cependant le charisme rattaché à la personne du leader ne lui donne ni autorité, ni pouvoir de coercition. Sa fonction se limite à donner des conseils ou à prendre des initiatives susceptibles d’être suivis et encouragés par les membres du groupe.
• L'influence de la politique dans la désignation du role des membres du clan.
Le clan établit un système de règle de vie en communauté, influencé par le type d'organisation politique qui y est établit. Dès lors qu’un membre du groupe viole les mesures régulatrices de la vie du clan, tous les autres sont concernés en ce sens qu’ils prennent tous part au processus de résolution du problème, et donnent tous leur avis à l’occasion d’une réunion qui inclue discussions et émissions d’opinions sur la question, dans le but final de trouver de potentielles issues à la situation.
• Les croyances et les valeurs dans le système politique du clan.
Le système politique du clan va plus loin en ce qui concerne la promotion de valeurs telles que, le sens de la justice qui elle-même est incarnée par l’autorité propre au leader du groupe.
C’est le cas de le souligner avec la façon dont sont gérés par exemple les homicides dans les tribus Inuit du Nord de L’Amérique: les resolutions des cas d'homicides dans ces clans est fortement influencé le type de gouvernance qui y est mis en place. En effet, on ne prend pas de décisions individuelles dans le clan, surtout quand la cohésion du clan est en jeu. Les croyances quant à elles font partie intégrante des normes sociales fixées par la bande, et sont instituées par le clan tout entier.
• La politique et la vie socio-économique du clan.
Le clan est également traversée par un ensemble de politiques économique, éducationnelle (initiation), militaire (défense du groupe) dont l’un des principaux but est d’éviter que le groupe ne manque de ressources alimentaires et par extension que la survie des membres soit assurée: il s'agit ici de satisfaire aux besoins de nutrition et de sécurité du clan.
Dans les Tribus.
Les tribus sont des sociétés se distinguant par un mode de nutrition à base d’aliments domestiques et par une technologie simple qui permet de subvenir aux besoins de la population locale. Dans la tribu, on note un début d'agriculture et surtout la tribu se trouve localisée dans une zone précise à la différence du clan.
Caractéristiques
Du fait de leur petite taille, le système politique en vigueur dans les tribus est embryonnaire. En effet, les tribus n’ont pas développées la notion d’autorité gouvernementale, car ces dernières n’en ont pas besoin à plein temps. Dans les tribus le pouvoir légitime est conféré par les us et les coutumes qui sont à la base du système politique. Ici, l’autorité locale est détenue par les familles du groupe local et par des associations volontaires dont les membres viennent de plusieurs autres familles appartenant à la communauté. On pourrait parler de pouvoir collègiale
• Rôle de la famille dans la vie politique de la tribu.
La famille établit des lois qui régissent toute les affaires comme: le mariage, le divorce, et la punition des membres de la famille qui violent le droits des autres membres. Ces lois sont généralement appliquées au sein de la famille par le père, qui est le chef de famille et par les hommes.
Les membres de la tribu promeuvent les récréations sociales au sein de la communauté. En effet, des festivités sont organisées ainsi que des danses et des compétitions intercommunautaires. Ceci contribuant tant à la diffusion des enseignements qu’à la préservation des traditions tribales en tant que associations militaires.
• Rôle des associations, de la police et de l’armée dans la protection des intérêts de la tribu
Le rôle politique des associations volontaires est d’assurer une stabilité pour que le tout tribal puisse fonctionner au même rythme. Ce rôle s’illustre avec les tribus Nord Américaines qui ont une douzaine de sociétés militaires dans chaque communauté. Dans certaines tribus, les jeunes hommes évoluent d’une société à une autre au fur et à mesure qu’ils prennent de l’âge.
L’autorité policière qui fait partie du leadership tribal est acquise par la capacité personnelle de l’individu à convaincre les autres chacun à son tour ; ainsi, toutes les associations et tous les membres de la communauté sont amenés en prendre leurs responsabilités en main afin que personne ne monopolise le pouvoir. La défense des lois tribales par les sociétés militaires se manifeste par la mise à mort de ceux là qui mettent en jeu le bien être de la communauté. Les associations protègent aussi leurs communautés contre les autres tribus et les punitions publiques incluent la destruction de la propriété du coupable, son bannissement du camp et sa mise à mort.
• Choix du leader politique
Dans les tribus, les plus grands défenseurs appartenant aux sociétés militaires sont récompensés avec beaucoup d’honneurs. Les guerriers relatent leurs exploits de batailles lors de cérémonies et c’est parmi ces hommes qu’est choisi le leader politique.

La pratique de la politique dans les sociétés complexes
Dans les Royaumes
Une société qui rassemble de nombreux villages sous le contrôle légitime d’un gouvernement, et qui reconnaît le droit aux familles, d’exercer une autorité tout aussi légitime et autonome est appelée un royaume.
Un royaume est aussi une société constituée de plusieurs villages, possédant un gouvernement, capable de coordonner l’action sociale tant à l’intérieur des villages qu’entre les villages, mais au sein duquel l’autorité gouvernementale est mise en équilibre par l’autonomie légale des familles, et ce dans plusieurs domaines.

Caractéristiques

• L’autonomie et le pouvoir alloués à la famille

La famille au sein du royaume est considérée comme une entité autonome qui a la charge de réguler une parcelle de la vie sociale. C’est d’ailleurs le cas de le souligner avec les mariages et les divorces, qui sont essentiellement gérés par les lois familiales.


• Le pouvoir détenu par les fonctionnaires du gouvernement
Les fonctionnaires du gouvernement sont quant à eux chargés des principaux crimes qui concernent la communauté toute entière tels que le grand banditisme, l’homicide, ou les insultes contre la personne du roi. De ce fait, les royaumes possèdent un mode de gouvernement professionnalisé où les fonctionnaires du gouvernement ne détiennent pas entre leurs seules mains le pouvoir légitime de diriger la vie de la société. Leur autorité est équilibrée par le fait que chaque communauté a le pouvoir de s’autogouverner dans les domaines qui l’affectent directement.

• Le pouvoir légitime exercé par le roi

Chaque communauté au sein d’un royaume est susceptible d’avoir un roi qui évolue en tant que leader politique, tandis que les groupes de villages sont rassemblées sous l’autorité d’un chef de district de plus haut rang que ceux du village local.
Dans certaines affaires légales les rois ou alors leurs représentants délégués peuvent êtres sollicités pour jouer le rôle de médiateur entre des parties en conflits dans le but de rétablir des relations pacifiques entre les membres de la communauté. Dans d’autres cas, le chef peut avoir l’autorité de déterminer la culpabilité ou l’innocence ainsi que la punition adéquate pour une quelconque offense sans au préalable avoir à consulter les membres de la famille du responsable. La position de roi est par conséquent une vraie fonction et ses occupants ont le pouvoir d’exercer leur autorité de manière légitime sur ceux avec qui le chef n’entretient aucun rapport officiel de fraternité.

• Le moyen d’accès au pouvoir
L’accession au poste de Roi est le plus souvent héréditaire mais dans certains cas la communauté dans son ensemble peut avoir son mot à dire dans le choix de son nouveau roi.
• La vie socio-économique
Au sein des royaumes, les fonctions quotidiennes du gouvernement telles que la défense militaire de la société, l’administration des communautés locales, la conduite des activités juridictionnelles ou la division du travail pour des projets de travaux publics variés sont possibles car l’autorité gouvernementale inclut le droit à l’impôt et à la redistribution du produit que toutes les familles doivent contribuer.

Dans les Etats

L’Etat est une forme d’institutionnalisation du pouvoir politique, autorité souveraine s’exerçant sur l’ensemble d’un peuple dans les limites d’un territoire déterminé.

Caractéristiques
Les Frontières de l’Etat sont clairement délimitées et figurent sur une carte qui laisse entrevoir une superficie, un nombre d’habitants etc. Ainsi les politiques mises en place au sein des Etats dépendent respectivement de ces différents éléments que ce soit d’un point de vue politique, économique ou social.
• Gouvernement et Coercition
Dans ce type de système, le gouvernement à le pouvoir de contrôler les affaires des communautés locales, d’établir des normes à ne pas transgresser sous peine de sanctions diverses, ou encore à lever les taxes. Etant donné que l’Etat est vaste, il possède à sa tête un dirigeant ou d’un roi assisté de représentants.
• Spécificité de l’Etat
L’Etat ici est composé de plusieurs groupes ce qui entraîne le développement des technologies. Ces technologies qui aident dans le domaine agricole. C’est ainsi que chaque Etat possède une variété de biens qu’il produit et qu’il peut échanger à l’extérieur contre d’autres produits.
L’Etat a le pouvoir d’utiliser la force quand ses intérêts sont en danger. C’est dans ce sillage que toute personne qui transgresse la loi est considérée comme déviant. C’est dire que, il remet en cause les lois ancestrales et mérite de ce fait la mort.
Quiconque était accusé de meurtre ou de suicide méritait la mort et devait passer à la guillotine chez les Ashanti.


Synthèse Générale
L’analyse de la pratique de la politique tel que sus élaborée doit donc porter sur les structures et les mécanismes qui peuvent exister au sein des communautés (Clans, tribus, royaumes Etats) pour motiver les membres ou les contraindre à la participation ; et les renseigner sur les conditions de leur efficacité. Le but de tout sous-système étant la satisfaction des besoins fondamentaux, une telle analyse est d’autant plus importante car elle permet de saisir les particularités des formes d’organisation politique des communautés car en effet, celles-ci ont un caractère volontaire. Si comme nous l’avons souligné la société simple n’a pas de territoire en propre, son identité collective est liée à son origine ethnique et doit être constamment rétablie et confirmée par les liens de mariage. Toutes ces caractéristiques bien qu’elles apparaissent dans les sociétés de manière apparente, la société complexe diffère dans la mesure où elle se caractérise par un territoire et une appartenance communautaire constamment établie.




Conclusion
Au terme de notre exposé dont le but de était de présenter les rôles, statuts et les manifestations de la politique dans le fonctionnement au sein des communautés (clan, tribu, royaume, Etat), et d’en faire l’analyse, il en ressort que les communautés ne pas uniquement des phénomènes sociaux, mais qu'elles sont également le lieu de mise en place d’une identité politique dans le sens où elles s’autogouvernent et dans le sens où elles sont surtout des constructions sociopolitiques.

Comments

Popular posts from this blog

LE PEUPLE BAMILEKE: ORIGINES, TRADITIONS, CULTURE, RELIGION ET SYMBOLES

Decolonisation du Nigeria

Introduction

Le Nigeria, ce vaste territoire le plus peuplé d’Afrique a connu comme la quasi totalité des pays africains (hors mis le Liberia et l’Ethiopie) la colonisation occidentale. Ses premiers contacts avec le monde occidental remontent au XVIe siècle puis, à partir de 1906, le Nigeria devient un protectorat britannique. 60 ans, après, le Nigeria accède à l’indépendance avec 17 autres territoires africains. Notre sujet qui porte sur la décolonisation du Nigeria a pour objectif est de tenter de faire comprendre quand, comment et pourquoi le Nigéria acquiert son indépendance quand on sait qu’aucun « maitre » ne libère volontairement son « esclave ». Encore que les méthodes coloniales anglaises (indirect rule) qui semblaient donner une autonomie aux chefs locaux tout en faisant des anglais des arbitres ne manquaient pas de déposséder les chefs locaux de leurs zones de compétences territoriales. Pour parvenir à comprendre les enjeux de cette décolonisation du Nigéria, nous nous propo…

LES INDICATEURS DU SOUS-DEVELOPPEMENT

INTRODUCTION


Le terme de sous-développement est apparu, il y a vingt ans environ sous la plume d'économistes. En dépit des ambiguïtés qui l'entourent et peut-être même à cause de ces ambiguïtés, il a eu le succès que l'on sait. "Sous-développement" est devenu une expression à la mode. Parce il recouvre un ensemble de problèmes dont on a peu à peu découvert ampleur et la gravité. Le mot sous-développement est souvent utilisé pour donner du poids à des propos qui traitent de questions plus ou moins secondaires. Par une sorte de manie inflationniste, on en est venu à appeler sous-développement n'importe quelle insuffisance ou n'importe quelle inadaptation.
Cependant pour ce qui est des économistes, l'apparition du terme sous développement a néanmoins marquée incontestablement le début un grand tournant. En commençant à se pencher il y a 20 ans, sur les problèmes des "pays sous-développés", les économistes ont progressivement découvert des réali…