Skip to main content

comment se déploie la question de la morale et de la finalité dans la pfilosphie ancienne?

La philosophie, comme toutes les sciences dont elle est génitrice, a une histoire, toute aussi riche et longue. Elle a d’année en année, d’époque en époque participé à l’élaboration des modes de vies. Elle est divisée en plusieurs groupes tels que la philosophie antique ou ancienne, la philosophie médiévale, la philosophie moderne et contemporaine qui se distinguent toutes les unes des autres. Chacune de ces philosophies ayant un esprit et un but bien particulier, la question de savoir comment se déploie la question de la morale et de la finalité dans la philosophie antique est l’objet de notre réflexion. En situant la philosophie ancienne dans son espace temporel, nous allons l’analyser afin de ressortir la conception qu’elle fait de la morale et de la finalité.

La philosophie ancienne, essentiellement grecque, se situe entre le VIe siècle av. J.-C et le IIIe siècle av. J.-C. Socrate (469 av. J.-C- 399 av. J.-C) se trouve être la figure centrale de cette philosophie. Il est le premier penseur à susciter le désir de vivre conforment à l’idée de la dignité (vérité bonne et Bien véritable). C’est une philosophie centrée sur le cosmos c’est-à-dire la connaissance de l’univers à travers la contemplation. La philosophie antique se caractérise comme celle qui a ouvert la porte à la métaphysique occidentale et donne naissance à la réflexion philosophique ses premiers instruments conceptuels.

La philosophie ancienne résume la morale à la question apparemment banale de que dois-je faire ? La philosophie antique sous-tend comme morale, le respect de l’équilibre cosmique car pensent-ils, la moralité ou vertu en rapport avec la nature comme accomplissement par chaque être de sa fin propre. C’est-à-dire un ordre harmonieux et finalisé. La notion de cosmos sous entend celle d’ordre et de beauté. Ce qu’une chose est lorsqu’elle est en ordre, c’est ce qu’elle doit être selon l’ordre naturel. Ils la matérialisent sur l’homme en préconisant à tous de voir en autrui l’humanité et de la traiter comme une fin et non un moyen. Il faut ainsi faire ce qui doit être fait afin d’éviter de tomber dans les pièges de nos passions qui nous empêchent de voir la réalité.

La question de la finalité dans la philosophie ancienne répond à la question que m’est-il permit de savoir ? Ils proposent que la fin suprême de l’homme soit de purifier son âme en cultivant les vertus intellectuelles (pythagoriciens). L’atteinte de cette finalité se fait par la pratique de la sagesse suivant trois manières. Premièrement, penser en anatomiste en acceptant qu’on est qu’un fragment du cosmos et de s’y ajuster afin d’accepter la mort comme un passage puisque le cosmos est eternel. Deuxièmement, avoir une descendance pour survivre à soi même et à défaut, être un héros. Troisièmement, refuser les malheurs de la vie parce qu’ils nous empêchent de voir la vie de façon rationnelle.

En somme, il était question de montrer à partir des principes de la philosophie ancienne comment la question de la morale et de la finalité se déploie. Apres l’analyse faite de sa conception de la morale et de la finalité, il est évident de conclure qu’à travers la préconisation de l’équilibre cosmique et de la contemplation de se dernier, la philosophie ancienne visait le bonheur suprême de l’homme dans ce cosmos. Cependant, avec la naissance de la philosophie médiévale au IIIe siècle av, J.-C, on peut se demander s’ils n’ont eu tord de ne croire qu’à l’équilibre cosmique ?

Comments

Popular posts from this blog

LE PEUPLE BAMILEKE: ORIGINES, TRADITIONS, CULTURE, RELIGION ET SYMBOLES

HISTOIRE DES GRANDS EMPIRES AFRICAINS

UNIVERSITE PROTESTANTE D’AFRIQUE CENTRALE


Faculté des Sciences Sociales et Relations Internationales
(F.S.S.R.I)



HISTOIRE

INTRODUCTION

Pendant des siècles, l’Afrique a été décrite, présentée par les occidentaux comme un continent obscur, sauvage auquel il fallait y apporter la civilisation. Les voyages d’Henri le Navigateur et Christophe Colomb au XVe siècle montre cependant qu’il existait déjà une Afrique riche, organisée et structurée. Ainsi, les peuples d’Afrique se sont développés de façon analogue aux africains de la Vallée du Nil. Ils avaient une histoire réalité et une histoire connaissance qui leur a permis de bâtir des clans, des royaumes et des empires, bien structurés, politiquement, économiquement, socialement, culturellement et religieusement. Le moyen-âge marque la période faste de l’histoire africaine pendant laquelle l’histoire de l’Afrique a connu son apogée. Nous pa…

IMPERIALISME EN AFRIQUE

Introduction.

La situation fluorescente des grands Empires et royaumes africains à l’instar du Mali, Songhaï, Ghana, a suscité l’intérêt des peuples voisins au point où dès le VIe siècle, l’Afrique entre en relation avec les arabo-islamiques ouvrant ainsi la porte à la colonisation islamique. De cette première rencontre avec le monde islamique, naitra dix siècles plus tard une autre rencontre avec les occidentaux. Ce premier contact avec les européens marque le début de la triste et sombre histoire des peuples africains qui dès le XVe siècle sont extirpés de leur terre sous le prétexte de vouloir « sauver leurs âmes». Quatre siècles après le début de la Traite Negriere, et une fois les grandes misères résolues en Europe, l’Afrique se voit attribuer un nouveau rôle dans son essor. Au début du 19e siècle, l’Afrique attire de plus en plus les regards du monde : c’est le début de l’impérialisme. On entend par impérialisme une doctrine qui préconise une domination pol…